Lucy Helmore : Six mois après son suicide, son testament rendu public

Mannequin, muse et photographe, Lucy Helmore était une figure du Londres branché et artistique. Elle a même été immortalisée par le New-Yorkais Robert Mapplethorpe. Le 23 juillet 2018, Lucy s’est suicidée en Irlande, entourée de ses “chiens bien-aimés“, selon son époux, l’homme d’affaire Robin Birley. Elle n’avait que 58 ans.

Six mois après ce décès, le contenu de son testament est révélé par Sebastian Shakespeare, le très bien informé chroniqueur du Daily Mail. Ce dernier révèle que Lucy Helmore a écrit son testament en 2013 auquel elle a apporté des modifications six jours avant de se donner la mort. La photographe ne laisse rien à son époux. Ses héritiers sont ses quatre fils – Merlin, Isaac, Tara et Otis Ferry – nés de son mariage avec le chanteur culte de Roxy Music, Bryan Ferry. Selon le Daily Mail, les garçons vont se partager un peu plus de 4 millions d’euros et recevoir tous les biens personnels de leur mère.

Click Here: Italy football tracksuit

Il est également question de ses dernières volontés dans ce document. Lucy Helmore a souhaité que ses cendres soient dispersées où repose sa mère, au cimetière de New Quay en Irlande.

Selon un frère de la défunte, le journaliste new-yorkais Ed Helmore, “Lucy luttait contre une longue dépression, une bataille qu’elle a perdue“. Dans sa toute dernière interview, au Guardian en 2011, Lucy Helmore revenait sur ses problèmes de drogue et d’alcool, qui ont occupé une grande partie de son mariage avec Bryan Ferry (entre 1982 et 2003) : “Je sais que j’ai une personnalité d’addict. J’ai grandi avec l’alcoolisme. Mon père était alcoolique. C’est génétique, en partie.” Elle vivait seule dans sa ferme de Shropshire, près de Birmingham, alors que son mari vivait à Londres. Elle élevait des espèces rares de cochons et pratiquait la chasse le week-end.

0 thoughts on “Lucy Helmore : Six mois après son suicide, son testament rendu public”

Leave a Reply

Your email address will not be published.